Final Fantasy 7 Remake

Voilà un jeu que j’attendais de pied ferme depuis son annonce, par Square Enix en 2015. Il aura fallu être patient mais l’attente en valait la peine ! Malgré des graphismes parfois inégaux et les ajouts discutables du scénario, j’ai pris un grand plaisir à retrouver cet univers et ses personnages emblématiques ! Attention : cet article va sévèrement spoiler pour vous proposer une analyse de ce qui fonctionne le mieux dans le scénario , et ce qui fonctionne moins bien selon moi !

Un thème criant d’actualité

Final Fantasy 7 raconte l’histoire d’un groupe d’activistes, Avalanche, qui lutte pour la sauvegarde de l’environnement. En effet, le groupe industriel Shinra exploite l’essence vitale de leur planète pour en faire une source d’énergie, la Mako, qui apporte progrès et confort à la population. Mais il y a un prix à payer : la planète se meurt à petit feu à force d’exploiter cette énergie, et les autorités refusent de le reconnaître … Avalanche n’a d’autre choix que de recourir à la force, en ayant pour projet de détruire les réacteurs qui permettent de produire cette la Mako. Leurs actes sont rapidement taxés de terrorisme par la Shinra et la population.

Le jeu d’origine a 23 ans mais force est de constater qu’il était en avance sur son temps en traitant ce thème écologique. Je trouve que c’est d’autant plus vrai aujourd’hui : ne refuse-t-on pas de changer les choses pour conserver quelques points de croissance ?

Un univers singulier

L’univers de FF-7, qui s’inscrit à la fois dans le cyberpunk et la fantasy, est toujours aussi original dans ce remake et il est même renforcé grâce aux technologies HD.

Ce jeu se concentre sur la première partie de l’opus d’origine, dans la méga-cité de Midgar. L’univers est si travaillé qu’il fait passer de lui-même certains messages : Midgar est une ville construite en vertical, avec différents quartiers organisés en plateaux. Les classes aisées se situent sur le plateau supérieur, dans les beaux quartiers autour du siège de la Shinra, tandis que la majorité de la population vit dans les bidonvilles situés sous ce plateau, privés de lumière. Des luminaires géants (fabriqués par la Shinra) remplacent le soleil. Le thème des classes sociales n’est pas vraiment abordé dans le scénario, mais l’univers est construit de manière à y faire réfléchir ! Cette façon de faire est très intéressante car elle permet d’éviter la moraline et invite plutôt à mettre en perspective Midgar avec nos sociétés contemporaines.

Même si le gameplay fait très couloir pendant les phases d’exploration (comme dans FF-13), j’ai adoré déambuler dans ces bidonvilles et interagir avec ses habitants, à travers les quêtes annexes ou simplement en discutant avec eux. Le fait de pouvoir pivoter la caméra est un gros plus par rapport à l’opus d’origine, et offre de superbes panoramas !

Une nouveauté a été introduite dans l’univers de FF-7 : les Fileurs. Ce sont des entités chargées de veiller à ce que le destin de la planète s’accomplisse, et ils lutteront contre quiconque s’opposera à l’ordre des choses. J’ai été rebuté par cet ajout, d’une part à cause du design de ces entités (d’ailleurs tout droit sorti de Harry Potter !) Et d’autre part, parce que cela chamboule complètement l’histoire d’origine, surtout à la fin du jeu. Il s’agit d’un remake, c’est évident que les graphismes et le gameplay soient revus grâce aux technologies actuelles mais on s’attend à ce que le scénario soit respecté. Même si les passages en question sont bien écrits, en tant que fan de FF-7 le scénario c’est sacré ! Et la toute fin laisse craindre le pire … Quand les héros parviennent à vaincre les Fileurs, on nous fait clairement comprendre que la suite de l’histoire ne suivra pas forcément celle d’origine : on nous montre une scène où l’un des personnages, Zack, (qui est mort quelques temps avant le début de Final Fantasy 7) est … toujours en vie ! C’est comme si l’histoire n’était plus figée dans le béton et plusieurs timelines sont désormais disponibles à cause de l’affrontement contre les Fileurs. En soi, l’idée est séduisante et le pari très osé mais tellement risqué ! J’espère ne pas assister au naufrage de cette licence, à la manière de Terminator Dark Fate qui prétendait tirer un trait sur les différents opus qui l’ont précédé pour, soi-disant, proposer une vraie suite au légendaire Terminator 2. Un résultat malheureux.

Des personnages inoubliables

Les héros ont, en revanche, été très bien respecté et même approfondi dans leur psychologie. En effet, la séquence de Midgar (ne représentant que 6 heures à l’origine) a été rallongée pour donner lieu à un jeu d’une trentaine d’heures. Certains personnages jusque là anecdotiques ont eu droit à un développement à part entière, c’est notamment le cas de Jessie et j’ai beaucoup aimé découvrir son background familial. En parlant de background, chaque protagoniste dispose d’un passé (plus ou moins mystérieux) et de motivations qui les rendent uniques et attachants. Cette diversité permet d’éviter un certain manichéisme dans le traitement du thème : Barret est prêt à aller jusqu’au bout pour protéger la planète, tandis que Tifa éprouve des remords face aux conséquences de leurs actes sur la population. Quant à Cloud, il n’en a que faire du moment qu’il reçoit sa paye de mercenaire ! Il pense même que la Shinra a malgré tout apporté un progrès qui a rendu les gens plus heureux. Le travail impressionnant sur les dialogues permettent des interactions très dynamiques et hautes en couleurs !

Des sentiments très sombres sont également véhiculés, par exemple quand Aerith apprend que la dépouille de sa mère a fait l’objet d’expériences scientifiques jusqu’à la dernière cellule … Tout n’est pas blanc ou noir dans la psychologie des personnages de FF-7 mais les deux, ce qui en fait des personnages profondément humains.

Un petit mot aussi sur Sephiroth, qui est à mon sens l’un des antagonistes les mieux écrit de l’histoire du jeu vidéo. Il est très anecdotique dans ce remake et on sent bien qu’il est surtout présent pour assurer le fan service ! Mais j’ai très hâte de voir ce que les épisodes suivants lui réservent.

Vers une narration interactive ?

Je pense que l’une des grandes réussites de ce remake (ou plutôt reboot ?) se trouve dans sa narration bien ficelée et maîtrisée. Les événements s’enchaînent les uns à la suite des autres tout en restant cohérents avec l’univers. J’ai beaucoup apprécié l’introduction de choix narratifs au cours de l’aventure : très inspirés des otome games, ces choix permettent de déterminer quelles relations Cloud va entretenir avec la gente féminine ! Un autre aspect de la narration interactive a également été exploré grâce aux quêtes annexes, leur réalisation ou non peuvent avoir une conséquence sur la trame principale, comme je l’ai appris à mes dépends ! Dans la séquence à Wall Market, la robe que reçoit Aerith lors de son relooking dépend du nombre de quêtes annexes réalisés précédemment. Comme je n’en avais fait aucune dans le bidonville du Secteur 6, le PNJ en a déduit que je n’ai pas voulu aider les habitants. Aerith a eu droit à une robe de modeste qualité en guise de récompense … J’ai été désagréablement surpris mais, en même temps, j’ai trouvé cette idée tellement géniale !

Pour conclure, je pense (et ce n’est qu’une supposition de ma part) que la narration interactive sera étoffée dans les prochains épisodes. Sachant que le récit ne suivra pas forcément le script d’origine, et si nos choix donnaient lieu à une histoire où Aerith ne meurt pas du sabre de Sephiroth ? Pour le meilleur et pour le pire.

Et vous, quelle a été votre expérience de Final Fantasy 7 Remake ? Je suis très curieux de connaître votre avis et en discuter, n’hésitez pas à le partager en commentaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s